J 16 – Java / Kawah Ijen

Il est temps de laisser les dauphins, les plongées et les plages derrière nous pour aller un peu plus en hauteur vers les sommets de Java.

Le trajet

Nous avons passé notre dernière nuit chez Yuda Homestay (super guesthouse que nous recommandons vivement) qui se trouve sur la route entre Permuteran et le port de Gilimanuk. De la commence notre périple vers le volcan Ijen! Nous étant nous même renseignés via les différents blogs parlant du sujet, on a tout de suite su qu’il allait falloir sortir le portefeuille…mais on commence à connaitre le juste prix des choses ici et on a appris également a négocier…donc on part serein.

Yuda, le proprio de Yuda Homestay, nous donne un bon conseil: « prenez un Bemo pour aller jusqu’au port de Gilimanuk ». Nous: « C’est quoi un Bemo? ». « Beh c’est un genre de minibus local qui passe sur la route principale et que vous devez héler comme un taxi. Il s’arrête et vous prend avec lui. Il va toujours jusqu’au port ». Super! Enfin on va payer un prix raisonnable. Et bien non, Yuda nous annonce que ça sera 50.000 IDR par personne pour 30 minutes de route en minibus délabré!!! Cela reste toujours moins cher qu’un vrai taxi et on attend donc sur la route l’arrivée du minibus…C’est alors que Yuda nous informe qu’il vient d’appeler et que le Bemo arrive dans dix minutes!? Il nous avait pourtant dit que c’était un genre de bus public…on comprend alors que Yuda se prendra surement sa petite commission…sacré business men ces indonésiens.

Le bus arrive et nous lui donnons que 50.000 IDR pour nous deux. Le conducteur me regarde et allait parler mais je lui dis franco que c’est très bien comme çà et qu’il le sait…on monte dans le bus avant qu’il ait pu répondre et…  ça passe! Cool… on vous rappelle que 50.000 IDR c’est juste 3 EUR….Mais on apprend à faire attention à ne pas se faire avoir plutôt qu’à réaliser le montant ridicule que ça représente en euro. Pour info ce trajet pour un indonésien serait entre 5000 et 10000 IDR max.

On arrive au port et là pas de souci, c’est le même prix pour toute monde. On embarque pour une heure de trajet et on descend à Banyuwangi à Java. Le port est au Nord de la ville, il faudra donc d’office prendre un transport pour aller à votre hôtel. Heureusement on connait maintenant l’existence des Bémos. Tant mieux, l’un d’entre eux nous alpague et nous donne son prix, 100.000 IDR. On arrive à obtenir le trajet à 50.000 IDR, ce qui est pas mal vu que notre guesthouse se trouve à la sortie de la ville, côté Ouest, sur la route qui mène au volcan.

Ayant décidé de faire notre trip à Java au pas de course, on cherche à s’organiser rapidement pour aller escalader le volcan Ijen. On nous indique qu’il y a une heure de route jusqu’au point de départ du trek…Deux solutions s’offrent à nous: soit on y va par notre propre moyen (voiture de location ou scooter); soit on prend un private driver. Il y a bien une troisième solution qui consiste en une jeep partagée mais alors il aurait fallu loger plus près du volcan et ce n’était pas notre cas. Etant donné qu’on voulait partir le soir même pour le volcan (départ à minuit si on veut pas rater le spectacle des gaz bleutés sortant du cratère), il était déjà trop tard pour chercher à louer une voiture et hors de question d’y aller en scooter, cela nous paraissait trop dangereux. Donc on opte pour le private driver mais évidement, il va falloir s’arranger sur le prix. Après une petite recherche sur internet et longue négociation avec un des drivers présent au restaurant de notre guesthouse, on s’arrange pour 400.000 IDR. Pour ce prix, le chauffeur nous amène la haut, attend là toute la nuit avec nos sacs et nous redescendra à la gare de Banyuwangi où l’on prendra le train vers Probolinggo, point de départ pour visiter un autre volcan, le Bromo. On a aussi demandé au chauffeur de nous fournir deux masques à gaz pour ce prix, il parait que ça sera utile au fond du cratère.

L’ascension

23H30 : Réveil pas si difficile. On s’est couché très tôt pour pourvoir démarrer à 00h

00h00 : Notre chauffeur est pile à l’heure et nous embarque pour une heure de montée en zigzag au milieu de la nuit.

1h00: Arrivé au parking, entouré de vendeurs de bonnets, de lampes torches et de masque à gaz, on se sent assez fiers d’avoir tout prévu (pour une fois) avec nos lampes frontales, nos pulls et vestes coupe vent, nos petits biscuits en cas de petit creux et nos bouteilles d’eau. On paye l’entrée qui est à 150.000 IDR car c’est dimanche (sinon c’est 100.000 IDR les autres jours…et 10.000 seulement pour les indonésiens…on ne se sent pas du tout discriminés dans ce pays). On passe à travers les dizaines de guides qui essayent de nous convaincre que sans guide c’est difficile…on résiste et on passe…Sachez qu’il NE FAUT PAS DE GUIDE! Il n’y a qu’un chemin et impossible de vous perdre vu le nombre de personnes autour de vous. Ca y est, c’est parti pour affronter l’heure de marche qui nous attend pour atteindre le sommet!

3H00: Heuuu…Il s’avère qu’en réalité c’était plus deux heures de marche et que ce n’était pas une promenade de santé. 2h de marche à 40° d’inclinaison par moments, le tout à 1h du mat! Ça vaut toutes les salles de sports du monde! C’est alors que oui, ça ne monte plus! Nous y sommes! Victoire, joie, admiration devant le travail accompli et… STOP on se calme il faut maintenant descendre dans le cratère pour le Blue fire.

3H45: Nous voilà à l’intérieur de ce volcan, masque à gaz sur le visage pour un look surnaturel. On est contourné avec habilité par les mineurs qui récupère le souffre juste à coté de ces magnifiques flammes bleus. Incroyable moment que d’assister à ce phénomène naturel extrêmement rare!

P8190068.JPG

P8190070.JPG

IMG_4884.jpg

5h00: Nous sommes retournés au sommet du volcan pour attendre avec impatience le levé du soleil qui illuminera le cratère et ses alentours. Nous pensions « bêtement » que le soleil allait s’élever devant nous avec le cratère en avant plan mais c’est tout l’inverse. Plus les rayons du soleil s’élève et plus on devine l’immensité sous nos yeux. Pour obtenir des plus beaux clichés et pour s’éloigner de la foule frétillante, on choisit de monter (encore) plus haut sur une large crête qui borde le volcan délivrant une vue à couper le souffle sur le lac acide inondant le centre du volcan.

P8190095.JPG

 

P8190120.JPG

P8190110.JPG

P8190136.jpg

P8190144.JPG

6H30: Avec tristesse on décide de redescendre pour rejoindre notre chauffeur pour attraper notre train vers Promolinggo et son Bromo.

Kawah Ijen restera l’une de nos plus belles découvertes sur l’Indonésie. Une expérience à vivre!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s